Flot de traitement avec Photoshop

Bateleur des savanes / Bateleur Eagle

Bateleur des savanes / Bateleur Eagle

A mon retour du Botswana, j’ai commencé à publier quelques unes des bonnes images que j’y ai tirées en mi 2010 au cours d’un safari photo. Si cela vous intéresse, je publie quotidiennement ces images sur mon site web personnel et les meilleures d’entre elles sont en vente sur RedBubble.com. La publication durera pendant au moins tout le mois de juin 2010.

En parallèle, on m’avait demandé de décrire mon workflow ou mon flot de traitement des photos. Comme je suis justement en train d’y travailler pour ces images du Botswana, cela m’a semblé une bonne idée d’en parler ensemble justement maintenant.

La première remarque à faire est que j’utilise Adobe Photoshop CS3 (je n’ai sauté sauté à CS4 à cause du prix, parce que les nouveautés ne me semblaient pas si attirantes que cela et parce que Adobe Camera Raw est déjà compatible avec les fichiers RAW de mon Sony Alpha 700).

Principalement, je pars d’une première sélection dans Adobe Bridge. C’est là que je groupe les images par sujet (dans l’exemple ci-dessous, les images d’aigle bateleur des savanes que j’ai prises le 1er Mai) pour obtenir des séries de photos relativement homogènes.

Bateleurs des savanes dans Adobe Bridge (cliquer sur l'imagette pour l'agrandir)

Bateleurs des savanes dans Adobe Bridge (cliquer sur l'imagette pour l'agrandir)

A noter : Comme vous pouvez le voir, il y a une série d’images au début que j’ai choisi de ne pas exploiter du tout (l’aigle y est trop petit). Il se trouve que cela montre aussi mon approche personnelle des animaux : je prends mes premières images dès que je peux, puis je m’approche si cela est possible, je tire de nouvelles photos et je recommence. Jusqu’à entrer dans la zone d’inquiétude de l’animal ou jusqu’à avoir exactement la photo que je cherche à obtenir.

C’est là que je fais une première passe de sélection pour retirer les images qui ont des défauts impossibles à corriger (image floue, l’animal est sorti du cadre, le sujet est confus ou illisible) et je marque en premier choix avec la commande de Bridge (Ctrl-6). Souvent, il y a plusieurs images très similaires, mais je n’y fais pas attention à ce moment-là.

C’est la base de ma seconde sélection (Ctrl-7) pendant laquelle je vais vérifier tous les détails de chaque image pour m’assurer que la mise au point est aussi bonne que possible, qu’il n’y a pas de flou indésirable, que le contraste est utilisable, que l’exposition est bonne, que tous les détails sont OK (la lumière qui brille dans l’œil de l’oiseau ou de l’animal, l’attitude est plaisante) et je vais essayer de sélectionner la meilleure image de chaque rafale (l’attitude et la mise au point sont ici critiques : un simple mouvement de l’oiseau change tout). Cela me mène à une évaluation par critères qui repose sur mes règles CAINE qui vont être transcrites en un classement entre 1 étoile (Ctrl-1) et 5 étoiles (Ctrl-5).

Alors, je laisse reposer le tout sans plus y regarder. Il faut un peu de temps pour une éventuelle seconde chance.

Quand je reviens sur la série d’images, je vais me concentrer sur les seules meilleures images et les re-travailler avec Adobe Camera Raw (même pour les fichiers JPEG, sa flexibilité est énorme et aidera beaucoup à obtenir une exposition parfaite au final). En général, je commence par corriger l’exposition pour maximiser les hautes lumières (à l’aide de la visualisation de l’histogramme, je pousse les hautes lumières le plus à droite possible sans les brûler en butée à droite). Ensuite, je corrige les noires de la même manière (mais sur la gauche de l’histogramme). Enfin, je vérifie si le contraste doit être retouché légèrement ou si les couleurs doivent être reprises en plus ou en moins avec un peu de vibrance.

Camera Raw

Camera Raw

Ensuite, et seulement ensuite, j’ouvre l’image sous Photoshop pour rattraper le cadrage (dans l’exemple ci-dessous, j’ai retiré un bon morceau de l’image parce que je voulais renforcer l’impression de force restituée par l’attitude de l’aigle bateleur qui me regarde par dessus son épaule) et je travaille sur les derniers détails (retrait d’une poussière, léger renforcement des détails ou adoucissement de l’image).

Au final, l’image est prête à être sauvegardée en JPEG (qualité maximum) ou en TIFF. Une fois à la taille maximale pour les posters et les tirages, une fois pour la distribution sur site web (à une taille beaucoup plus réduite).

Bateleur des savanes / Bateleur Eagle

Bateleur des savanes / Bateleur Eagle

Ma galerie de vente de tirages : http://roumazeilles.redbubble.com/works à partir de 1.63€.

2 comments for “Flot de traitement avec Photoshop

  1. 24 juin 2010 at 18:12

    J’ai trouvé un bel article de Mike Panic sur Light stalking : A Beginner’s Guide to Photographic Workflow.

    Une approche (légèrement) différente du workflow photo. A lire.

  2. 5 juillet 2010 at 20:52

    Une nouvelle fois, voici une bonne source d’inspiration. Plus que le workflow lui-même, Steward Randall nous décrit comment construire soi–même un workflow efficace (a speedy workflow).

Comments are closed.