Test de l’Alpha 900 en Antarctique

Il faut reconnaître que nous sommes nombreux à nous poser parfois la question de savoir si le premier appareil reflex de Sony à vouloir être un appareil photo pro, le Sony Alpha 900, est vraiment à la hauteur de la tâche quand on le soumet aux vraies contraintes d’un appareil pro. Certaines personnes font mieux et Michael Reichmann de Luminous Landscape, a tout bonnement pris un Sony Alpha 900, un zoom Sony 70-300mm f/4.5-5.6 G et 5 autres objectifs, pour deux semaines de voyage photo dans les contrées les plus au Sud de notre planète. Résultat : opinion plutôt positive, aucun problème notable observé malgré la température et l’humidité appliquées à un appareil qui n’est pas prévu pour ça.

Il a aussi noté les incidents qui dont ont souffert les autres appareils vus autour de lui (77 autres photographes quand-même !). Par exemple, le Canon EOS 5D MkII qui n’a pas supporté la pluie froide.

Le test Sony A900 en Antarctique.

2 comments for “Test de l’Alpha 900 en Antarctique

  1. Seb
    24 février 2010 at 21:24

    Excellent test 😉 Il est vrai que je me suis longtemps demandé si j’avais fait le bon choix en signant avec Sony pour mon matériel photo (je n’avais jamais été déçu par les compacts / camescopes / TV).
    En quelques années, Sony a repris avec sérieux l’héritage de Minolta et semble construire une gamme complète et séduisante de réflex même si le parc optique reste encore à étoffer.
    Aujourd’hui, mon Alpha 300 reste assez loin des modèles experts et même si je ne compte pas m’acheter l’Alpha 900, je fais confiance à Sony pour me satisfaire prochainement avec le remplacement de l’Alpha 700 !

  2. 25 février 2010 at 21:18

    C’est rien de dire que les anciens minoltistes ont eu une période de doute quand ils ont vu arriver Sony. Mais il est clair aujourd’hui que Sony ne vole pas sa troisième place en termes de ventes mondiales de reflex.

    Personnellement, je pense que la gamme optique est passablement étoffée si l’on regarde l’existant en matière d’occasion d’origine Minolta. Ça ne fait pas tout (les technos les plus récentes comme la motorisation SSM ne sont pas présentes sur les vieux cailloux Minolta bien sûr) mais si on se concentre sur les objectifs de haut de gamme de la marque à l’ovale bleu, il y a de bien belles choses (je suis un fervent défenseur des télés blancs de la série Apo-G dont j’ai acquis une petite collection à des prix intéressants).

    Mais on reste encore en retrait par rapport à la gamme de référence chez Nikon par exemple.

Comments are closed.