Les 11 règles du photographe Jedi

La photographie est un art qui s’acquiert par l’apprentissage. Comme les chevaliers Jedi de la Guerre des Étoiles, il vous faudra passer par un long apprentissage pour pouvoir espérer devenir un Maître véritable.

Néanmoins, cela passe d’abord par le respect des règles du photographe Jedi.

1. Jeune Padawan, tu apprendras sans cesse

On n’enseigne pas à un photographe Jedi, il doit recevoir son enseignement. Il doit garder l’œil ouvert en permanence ouvert pour capter la sagesse des chevaliers ses ainés, les photographes de renom. Retournez toujours vers les vieux maîtres, recherchez leurs images, analysez-les pour y trouver ce qui les rend exceptionnelles. Vous devrez acquérir cette sensation interne qui permettra à vos photos d’être exceptionnelles également.

Au début, le photographe Padawan est seulement capable de regarder et d’échouer misérablement. Mais travailler longuement et durement vous ouvrira le chemin de la chevalerie Jedi.

Jedi or Sith?
Creative Commons License photo credit: turoczy

2. Faites ou ne faites pas. Essayer ne suffit pas

N’essayez pas d’être un bon photographe. Devenez un bon photographe.

Le photographe Jedi se consacre à créer de grandes images. Le maître photographe Jedi est celui qui a compris qu’il doit d’abord vraiment vouloir le devenir.

Si la photo n’est pas aussi parfaite que vous la vouliez, déclenchez encore. Maintenant !

Si le sujet n’est pas là où vous le vouliez, revenez-y pour prendre la photo que vous vouliez.

Si la lumière n’est pas la bonne, ne tirez pas une photo médiocre, attendez la bonne lumière.

3. Attention au côté obscur

Là où est la Force, il y a aussi son côté obscur.
Là où est la Lumière, il y a aussi l’ombre.

Bien sûr, vous voulez que les zones sombres de vos photos numériques soient bien exposées et il est temps de surveiller l’histogramme et les zones clignotantes de l’afficheur LCD qui indiquent les parties sous-exposées (ou sur-exposées) de votre image.

Mais aussi, n’ayez pas peur des autres photographes. Il n’y a pas de compétition. Chaque photographe Jedi doit suivre son propre chemin. Les maîtres photographes ne sont pas là pour vous faire ressentir combien vous êtes petit et incompétent. Ils vous montre ce que vous pourrez faire par la patience. Et ne hurlez pas si vous ne devenez pas un maître photographe Jedi du jour au lendemain.

Ne vous fâchez pas quand on critique vos photos. Au contraire, apprenez à écouter les raisons pour lesquelles on n’aime pas vos images. Mieux encore, sortez vos photos et montrez-les. Demandez l’avis d’autre chevaliers photographes Jedi pour apprendre davantage et plus vite.

4. Que la Force soit avec toi !

Par l’ascension de Padawan à chevalier Jedi, de chevalier Jedi à maître Jedi, le photographe en vous grandira et votre instinct graphique s’enracinera en vous.

Sur ce chemin, la Force de la photographie va couler dans vos veines et jusque dans votre âme. Vous commencerez à sentir quand la lumière est bonne, comment sortiront vos photos à l’impression, où l’attention doit être focalisée, quelles règles peuvent être brisées.

L’expansion de votre perception, l’appréciation de votre œil devenu plus aigu, est l’un des produits les plus satisfaisants de l’accession à l’état de photographe Jedi.

5. Ne soyez pas Sith

Un photographe Sith garde ses images recouvertes et cachées par son manteau. Le photographe Jedi est ouvert et tendu vers les autres.

Aidez les autres à grandir.

Aidez les autres photographes. Qui sait qui sera le prochain photographe Padawan ? Peut-être ce jeune deviendra-t-il un maître photographe Jedi, si vous accompagnez le bourgeonnement de son talent. Obi Wan a su voir le talent de Luke malgré son age trop avancé pour l’enseignement Jedi.

Aidez votre public. Combien de fois avons-nous entendu « je ne suis pas un spécialiste de photo, mais tout simplement j’aime cette image » ? Ne regardez pas celui qui s’exprime ainsi comme perdu pour le paradis des photographes. Il ou elle peut être aidé ou guidé en offrant de montrer les photos des maîtres. Il y a bien des livres de photographe qui peuvent aider quelqu’un à s’épanouir comme assistant de photographe Jedi ou même photographe Padawan. Soyez généreux avec votre art et votre photographie en général ; ils ne demandent qu’à être partagés.

Internet est aussi un lieu de partage intense. Rendez-vous sur Flickr, les sites de partage de photo et les forums consacrés à la photo.

6. Soyez en empathie

Photographie n’est pas qu’affaire de technique. Vous devez maîtriser votre arme (l’appareil photo). Mais il est bien plus important pour le photographe Jedi d’entrer en contact direct avec son sujet. Il peut s’agir d’un modèle de studio, d’un animal sauvage, d’un paysage ou de tout autre objet ; votre photo doit exprimer l’histoire qu’il vous dictait. Restituez votre perception à ceux qui vont regarder votre image.

L’histoire que raconte votre photo doit être celle que votre sujet vous a dite et vous devez la redire à votre public. Quelle histoire raconte votre photo ?

7. Vous ne vous arrêtez pas pour de simples droïdes

Vous pouvez utiliser des trucs de Jedi pour atteindre vos buts, mais cela ne suffit pas. C’est sympa d’utiliser petitement la Force photographique. Mais vous n’êtes pas là pour produire des cartes postales quelconques. Vous allez vers l’excellence. Ne vous satisfaites pas de la première réaction positive de ceux qui voient vos photos. Quand vos amis et ceux que vous respectez commencent à admettre que vos photos sont belles parce que le soleil couchant est orange ou que Mamy n’est pas coupée par le bord du cadre, il est temps de viser plus haut pour atteindre le point où les mêmes seront renversés par vos prouesses de photographe.

8. Je sais qu’il reste du bon en toi, je le sens

Le père de Luke a beau avoir été perdu du côté sombre, il n’a pas perdu espoir.

Cherchez toujours cette image qui a l’air irrémédiablement perdue. N’est-il pas possible de lui redonner les détails qui manquent dans les ombres en allant les rechercher dans le fichier Raw ?

N’est-il pas possible de sauver cette photo sans espoir simplement en la recadrant pour ôter ce qui la brise ? Il est grand temps d’essayer de la recadrer verticalement si elle a été prise horizontalement (ou vice versa), d’essayer de la cadrer en carré, d’en découper un panorama.

9. Attention aux clones

Tout le monde remarque le Jedi même au milieu d’une foule. Au cours d’une bataille, son sabre lumineux va tailler dans les clones de l’Empire.

Alors même que le photographe Jedi va chercher son inspiration de tous côtés, il doit aussi trouver son chemin. Regardez le travail des autres, mais développez votre œil propre et créer vos propres photos. N’ayez pas peur d’explorer un chemin personnel. Vos photos incorporent peut-être beaucoup de ce que vous avez vu ailleurs, et les idées de beaucoup de ceux que vous avez croisé ; votre doigt sur le déclencheur va produire vos images.

10. Soyez direct

Le Jedi n’a pas la marche tortueuse et hésitante des serviteurs du côté obscur.

Le photographe Jedi exprimera clairement sa voix photographique. Vous cherchez à voir vos photos projeter vos sentiments et vos intentions. L’image ne touchera pas le public si elle ne va pas droit au but. Comme photographe Jedi, vous ne vous limiterez pas à l’émotion que vous avez ressentie au moment de déclencher. Vous devrez percevoir l’effet produit par l’image résultante sur celui qui la regarde loin de son lieu de prise de vue. La photo doit se tenir seule pour projeter exactement votre message.

11. Aime ton sabre lumineux

Le chevalier Jedi fait un avec son sabre. Le photographe Jedi fait un avec son appareil photo.

Utilisez votre appareil, utilisez-le souvent, rendez-vous en maître. Quand vous commencerez à oublier comment bouger les doigts sur le boîtier et que vous commencerez à vous concentrer sur la photo à prendre, vous serez vraiment en route pour devenir un photographe Jedi.

Cela ne veut pas dire que vous devez vous restreindre à une seule arme. De même que certains chevaliers Jedi utilisent simultanément deux sabres, le photographe Jedi peut avoir plusieurs appareils photo à portée de main. Mais il doit les connaître par cœur et cela ne provient que d’une pratique répétée, si possible quotidienne.

Merci à Sean Platt et David Wright pour leur article dans CopyBlogger qui a été ma source d’inspiration. Je suis heureux de savoir que mon emprunt ne leur a pas déplu.