Les conséquences du pirate de Noël sur les voyages photo

Vous savez maintenant tous qu’un récent vol Amsterdam-Detroit a manqué de peu d’être détruit en vol par un nigérian du nom de Umar Farouk Abdulmutallab. Cet individu a semble-t-il essayé d’allumer un explosif à base de penthrite en l’arrosant d’un acide. Les réactions ont été diverses, mais dans l’ensemble -comme on pouvait s’y attendre- les consignes de sécurité sont déjà en cours de révision et certaines peuvent avoir des conséquences sur les voyageurs qui emportent du matériel photo. Les plus prévisibles (et parfois déjà confirmées) sont :

Canon-man at Landvetter Airport - by Mescon

Canon-man at Landvetter Airport - by Mescon

  • Plus que jamais, l’emploi d’un appareil électronique est interdit dans les phases de décollage et d’atterrissage des avions. Cela implique que la photo (utilisant un appareil électronique) est exclue.
  • Les règles de poids concernant les bagages cabine sont appliquées avec encore plus de rigidité qu’auparavant : les conseils pour vos bagages donnés auparavant restent valables, mais la flexibilité a pratiquement disparu dans beaucoup de compagnies aériennes. Prévoyez de voyager léger ou reportez votre vol à une date ultérieure.
  • Pendant la dernière heure de vol, même un livre ou un couverture est interdit sur vos genoux. Ne pensez donc pas occuper ce temps avec une revue photo ou un ouvrage de Philip Plisson.
  • De nombreux produits restent interdits en avion. Tenez-vous à carreau : pas de bombe d’air comprimé, pas de liquides (nettoyants de capteur ou solvants ou autre devront aller proprement en soute ; et limitez-vous à de petite quantités pour plus de précautions).
  • Le personnel de bord est généralement obligé de couper les appareils électroniques de bord comme les téléphones et les réseaux WiFi (que l’on commençait à voir apparaître sur certains vols). Donc, ne comptez pas transmettre des images en vol ; cela devient impossible sur des vols de moins de 90 minutes, de moins en moins probable autrement. [1]
  • Par contre, les mesures de contrôle de l’identité ne semblent pas devoir influencer spécialement les voyages photo (si vous êtes en règle, bien sûr).

Rappelons enfin que les pays considérés comme appartenant actuellement à la « zone à risque » par le Ministère des Affaires Étrangères sont le Yémen, la Syrie, le Pakistan, l’Iran, l’Afghanistan, l’Algérie et le Mali (source : Le Monde). Par ailleurs, la liste complète des pays dont la TSA (Transportation Security Administration) considère que la simple présence d’un passeport comme méritant contrôle renforcé est paru sur Internet et elle contient : Cuba, Iran, Corée du Nord, Libye, Syrie, Soudan, Afghanistan, Liban, Somalie, Irak, Yémen et Algérie. Le transit par ces pays ne peut qu’augmenter ou intensifier les contrôles et les mesures de sécurité qui pèsent sur les voyageurs.

On comptait sur le calme relatif de ces derniers mois pour voir se généraliser les mesures raisonnables comme celles de l’Australie qui se préparait à relacher les règles applicables à la présence de petits objets tranchants dans les bagages cabine. Mais il semble que le contraire soit en train de se mettre en place et que les conditions vont encore se renforcer. A quand le voyage aérien en tenue d’Eve et d’Adam tel que suggéré en 2006 par une publicité Ryan Air ?

ryan_air_fly_naked

3 comments for “Les conséquences du pirate de Noël sur les voyages photo

  1. Mash
    1 janvier 2010 at 0:17

    🙁 A poil avec un doigt dans le cul ! C’est de loin la plus grande victoire du terrorisme sur nos sociétés !
    C’est d’autant plus rageant que ces mesures de sécurités ont une efficacité proche de zéro. Mais comme cela les bœufs sont rassurés, le business tourne à plein et tout le monde est couvert en cas de procès.

    🙁 Il est probable que les voyages photos deviendront quasi impossibles dans le futur.

  2. 1 janvier 2010 at 17:20

    En effet, on peut se poser sérieusement la question de comment il faudra faire pour aller photographier des animaux sur un autre continent quand on ne pourra plus rien emporter en cabine et que l’on sera obligé de voyager dans un caisson individuel hermétique et sous sédation.

    Ne riez pas ! Il faut déjà quasiment garder les mains sur les genoux pendant une heure de vol…

  3. Mash
    1 janvier 2010 at 20:37

    Bientôt on va regretter l’époque des paquebots transatlantique…

Comments are closed.