Passer la douane avec un sac photo

douane

Quand vous voyagez à l’étranger pour satisfaire simultanément vos désirs d’exotisme et de photographie,vous êtes facilement confronté à un obstacle très notable : passer la douane et/ou les contrôles d’embarquement en aéroport. Il y a pourtant quelques trucs à garder à l’esprit pour aider à en faire une expérience facile, sinon agréable. Voici les miens :

  • Mettez dans votre sac cabine tout ce qui est vraiment fragile, mais seulement cela : vos objectifs sont fragiles, pas votre trépied.
  • Assurez-vous que les appareils ont tous leurs batteries chargées (pour pouvoir immédiatement prouver que ce ne sont pas des bombes lors d’un contrôle).
  • Si vous utilisez encore du film, demandez pour eux une fouille manuelle pour éviter de les voir voilés par une machine à rayons X.
  • Ayez dans la poche toutes les factures (pas dans le sac pour limiter les risques en cas de vol toujours possible). Les douanes veulent une preuve d’achat et de paiement des taxes et TVA. Cela vous épargnera bien des ennuis.
  • Évitez d’ajouter une paire de cartes mémoire achetées sous le comptoir dans un pays douteux et pour lesquelles la TVA n’a pas été acquittée. On a vu des douaniers en devenir suspicieux et ensuite particulièrement tatillons. Vos achats à bon compte se feront un autre jour… quand vous aurez moins de matos sensible.
  • A l’enregistrement, demandez poliment si vous pouvez garder le sac en cabine (prenez l’initiative, n’attendez pas ; souriez, soyez poli). Faites tout pour que le sac ait l’air petit et léger (tenez-vous droit, les épaules dressées, le sac légèrement pendu à une seule épaule, comme s’il était vide). Si c’est accepté vous avez gagné.
  • Sinon, informez poliment votre interlocuteur que le sac contient du matériel de grande valeur. A l’extrême, soyez prêt à demander le prix d’une assurance pour le couvrir pendant le transport (cette dernière solution suffira souvent à relâcher la pression si la confrontation a duré un peu).
  • Dans certains pays ou sur certains vols courts, il peut être possible (parfois nécessaire sur un avion vraiment petit) d’acheter une place vide pour quelques sacs lourds (à partager entre photographes).
  • Quel que soit son poids, votre sac photo doit tenir dans les dimensions limite de cabine (115 cm par addition de chaque côté), cela facilite la conversation sur le poids.
  • Ne volez jamais sur des compagnies qui ne négocient jamais sur la limite de poids du bagage cabine. La liste évolue avec le temps, mais deux compagnies sortent ud lot : British Airways a l’air d’être le cauchemar du bagage lourd (pas plus de 5 kg en cabine, même avec une carte professionnelle et un pré-enregistrement organisé au comptoir de service pro) et RyanAir (comme certaines compagnies low cost) trouvent tous les moyens pour faire payer une sur-taxe au passager. Dans tous les cas, vérifiez par avance avec la compagnie aérienne (une lettre du siège de l’entreprise aide parfois) et avec votre agence de voyage (s’ils sont spécialisés dans le voyage photo).
  • Soyez toujours poli. Souvenez-vous que la personne en face de vous a le pouvoir de briser votre voyage photo. Alors, ne craquez jamais…

Avec ça, il est plus facile de voyager pour faire des photos. Avez-vous vos propres trucs à partager ?

7 comments for “Passer la douane avec un sac photo

  1. Julien
    18 octobre 2009 at 21:20

    Je n’ai pas vraiment d’autres trucs à partager, mais il y quelques points dont j’ai un autre avis. Notamment pour l’enregistrement; Par exemple, en une quinzaine de vols que j’ai pris depuis le début de l’année, une seule fois j’ai parlé de mon sac au guichet et ce fût la seule fois où j’ai eu des problèmes. Je crois qu’il faut mieux être discret et ainsi ils considèrent qu’il s’agit d’un sac comme un autre, rien n’indique qu’il y a 25 kg de matos dedans.
    Sinon, complètement d’accord pour Ryanair, je rajouterai même Air France qui sont vraiment casse-coui…. dès qu’on à un surplus d’un kg contrairement à tant d’autres compagnies qui sont moins pointilleuses. Par contre, le coup des carte mémoires j’avais jamais pensé à ça, mais d’ailleurs une carte mémoire coûte moins de 300 euros (enfin souvent non?) donc quels problèmes avec la TVA?

  2. Stéphane
    19 octobre 2009 at 14:07

    J’ai également fait un certain nombre de voyages avec mon sac en cabine sans avoir demandé quoi que ce soit au comptoir d’enregistrement…et je n’ai jamais eu de problème.
    Pour ce qui est de la franchise de taxes, elle s’élève à 430 euros si vous vous voyagez par les airs. Ce montant représente le total de ce que vous avez acheté hors UE. Donc une carte mémoire coute moins de 300 ou 430 euros…certes mais si le total de ce que vous avez dans votre sac et qui a été acheté à l’étranger s’élève à 300 euros ou plus… il se peut que nos amis douaniers soient pointilleux 😉

  3. 20 octobre 2009 at 12:27

    Absolument d’accord, le mieux est de ne pas se faire remarquer. Donc, surtout ne rien dire sans avoir été questionné auparavant.

    Mais on peut parfois se faire remarquer d’une autre manière. Expérience vécue il y a quelques heures par Alain Pons à Katmandou, pour un vol Qatar vers Paris : 27kg de sac de soute. Les employés ont voulu tout peser (et ont ainsi découvert son Think Tank de cabine chargé jusqu’aux oreilles – y compris un gros 500mm) et lui ont fait passer un quart d’heure assez inconfortable. Heureusement qu’une certaine répartition était possible entre les autres membres du groupe. Plus de peur que de mal, mais même un pro n’est pas à l’abri…

  4. 20 octobre 2009 at 12:27

    Exactement. il ne faut pas leur donner l’occasion d’être pointilleux.

  5. 21 octobre 2009 at 8:12

    Annoncé aujourd’hui : Air France va augmenter les frais de surcharge bagage, sans doute pour améliorer les comptes de l’entreprise.

    Cela pourrait avoir (indirectement) un impact sur nous autres voyageurs photographiques lourdement chargés. Surtout pour ceux armés avec un ou plusieurs gros télé-objectifs.

Comments are closed.