Photographes naturalistes, taisez-vous !

On vient d’apprendre par une une étude scientifique que les écotouristes (et les photographes naturalistes comme vous et moi tombent bien dans cette catégorie) sont bien plus perturbants pour la faune sauvage que ce que l’on pensait jusqu’ici. Comme écrit dans New Scientist, « Le son d’une conversation même calme a poussé les oiseaux [des hoatzins en forêt amazonienne] à pousser des cris et à déféquer – un réponse de défense courante – depuis des distances plus importantes que lors d’approches parfaitement silencieuses. »

Donc, si vous voulez faire une bonne photo, si vous voulez limiter votre impact sur la Nature quand vous prenez vos photos, arrêtez de parler, concentrez-vous sur l’image à prendre et pensez d’abord à ne pas affoler vos modèles. Est-ce que cela ne devrait pas être la manière la plus naturelle de faire de la photo animalière ?

Hoatzins
Creative Commons License photo credit: Veronique Debord