Test du Sony GPS CS1

J’ai un joli petit Sony GPS CS1 pour localiser mes photos. J’ai donc décidé de détailler un peu son fonctionnement. Voici mes premières impressions.

Sony GPS-CS1

Sony GPS-CS1


Fonctionnement

Quand vous allumez le gadget, il commence immédiatement à rechercher des satellites GPS. C’est -à l’évidence- la partie difficile. Mon expérience est que c’est long, très long, quand vous êtes en ville. Dans le center de Paris, j’ai eu une première ballade d’une heure pour laquelle il lui a fallu plus de 15 minutes pour obtenir une première position et une autre ballade de 40 minutes qui n’a pas permis de démarrer malgré ma marche tranquille dans une zone très dégagée en bord de Seine. Un peu décevant.

Mais, si le point initial semble parfois très décalé (une erreur de 75m), la plupart des positions sont très précises (en ville, il n’est pas possible de préceiser de quel côté de la rue vous marchiez, mais il n’y a pas de doute sur la rue elle-même). Le principal problème reste que l’engin a une fâcheuse tendance à perdre le point (soudainement, il n’y a plus de données géographiques et il lui faut un temps parfois long pour retrouver les satellites, laissant ainsi des zones non-suivies passablement longues).

Par contre, lors d’un essai intensif en espace compètement découvert (donc avec une visibilité maximale sur les satellites), j’ai obtenu une étonnante précision de positionnement, en particulier pendant les mouvements.

Utiliser des batteries NiMH n’est pas recommandé. J’ai réussi à obtenir une position avec elles, mais il a fallu choisir des batteries impeccablement chargées -et encore pas toutes. Quoi qu’il en soit, le temps de décharge est tellement rapide (moins de 3 heures dans mon essai) que c’en est décourageant.

Data storage

Une des caractéristiques intéressantes du Sony GPS-CS1 est son stockage de données qui est parfaitement ouvert. Vous ne le reconnaîtrez peut-être pas, mais les données géographiques sont stockées en format texte de type NEMA 0183 Data. Les fichiers de log ressemblent un peu à :

@Sonygps/ver1.0/wgs-84
$GPGGA,114941,4850.8962,N,00217.0071,E,1,03,05.4,00000.0,M,047.7,M,,*42
$GPGSA,A,2,16,21,22,,,,,,,,,,05.5,05.4,01.0*07
$GPGSV,2,1,08,03,78,296,00,13,,,27,17,,,27,16,40,177,33*75
$GPGSV,2,2,08,08,,,30,21,27,061,39,22,47,130,45,29,,,27*7F
$GPRMC,114941,A,4850.8962,N,00217.0071,E,000.0,113.7,291208,,,A*72

Cela ne vous paraît peut-être pas complètement lisible, mais cela protège le futur avec la garantie que même si Sony abandonne le développements des applications nécessaires, il restera une porte de sortie pour continuer à utiliser ce gadget.

Photo-tagging

En parlant d’applications fournies par Sony, il y en a deux :

  • GPS image tracker
  • Picture Motion Browser

GPS image tracker permet d’importer les données du GPS-CS1 et de les utiliser pour géo-marquer vos photos (pour y ajouter les informations géographiques). La cible est sensément la famille des appareils photo et des caméras Sony, mais il peut être appliqué à n’importe quel appareil qui produit des images acceptant les extensions EXIF (à peu près n’importe quel appareil photo produisant des fichiers JPEG).

Objectivement, l’application est facile à utiliser. Elle détecte automatiquement la connexion du GPS-CS1 à l’ordinateur et offre immédiatement d’importer les données qu’il contient. Pour votre part, il suffit de jeter les images à tagger dans la fenêtre de l’application avec la souris. Le logiciel va les localiser sur une carte Google. Il ne vous reste qu’à appuyer sur le bouton pour marquer vos images JPEG. Je ne vois pas comment faire plus simple.

Picture Motion Browser est supposé fournir un moyen de trier et organiser les images et les films (fichiers multimédias). Néanmoins, il paraît moins puissant que ses nombreux concurrents et -surtout- il semble bien confus d’utilisation. Il faut « importer » les images avant quoi que ce soit d’autre. Vous ne voudrez sans doute pas le laisser travailler aux côtés d’un programme comme Adobe Bridge, par exemple.

Un conseil critique : Comme il est supposé fonctionner en mettant en cohérence les informations de plusieurs organes techniques, il être certain que l’appareil photo enregistre l’heure exacte. Consultez une horloge atomique ou une horloge radio-contrôlée pour être aussi précis que possible (les satellites GPS sont assurément très précis en termes de temps et le GPS-CS1 hérite de cette précision).

Où l’employer ?

A l’véidence, ce n’est pas un produit pour suivre vos promenades en ville. C’est faisable, mais ce n’est pas sa force. Par contre, j’affirme que c’est un objet passionnant lors des déplacement en zones dégagées, dans la nature, à la campagne, bien sûr pour suivre vos expéditions photographiques (j’ai entendu « safari photo » ?). Comme il est très léger et consomme peu d’électricité sur son unique pile AA, il est bien adapté à la ballade comme à l’emploi en voiture (mais ne l’abandonnez pas au fond du coffre si vous voulez qu’il voit les satellites).

Un gadget technologique vraiment sympa.

Références complémentaires